La surprenante - et contestable - histoire de saint Expédit
 
 
 
 
 

Ce saint n'est pas très connu, il a pourtant ses sanctuaires, notamment à Bordeaux à l'église Saint-Pierre où l’on trouve de nombreux ex-voto... Il est aussi à Toulouse (La Daurade), à Cordes sur Ciel, et un peu partout en France, au Canada, en Algérie à Kouba...

Mais son vrai domaine c'est l'île de La Réunion ! Ses statues sont partout, souvent dans des petites chapelles et des autels au bord des routes. Elles sont bien entretenues, fleuries, bien peintes (avec toujours, une dominante rouge-sang !). Elles sont très visitées... un peu en secret !
Mais qui est donc Saint Expédit ? Hem... qui le sait ?
On parle d'un valeureux soldat romain (peut-être un commandant), qui aurait été décapité parce que devenu chrétien ! Il est souvent représenté en uniforme et a fort belle allure ! On le prie pour des causes toujours liées à une certaine urgence : réussir un examen (obtenir, enfin (!), son permis de conduire), réussir une « bonne » affaire... c'est le patron des écoliers... L'Église est très réservée sur la réalité de ce saint : ce soldat a-t-il même existé ? En 1905, Pie XI a demandé qu'il soit rayé du martyrologue et qu'on retire des églises statues et images. C'était sans compter sur la ferveur populaire ! Saint Expédit est toujours là, vénéré et prié ! C'est surtout depuis 1930 que Saint Expédit a «envahi» La Réunion. On prétend que ce saint aurait son origine dans l'arrivée - il y a longtemps - d'un colis venant de Rome et reçu par une communauté de religieuses de l'île. Après un long voyage par mer, l'emballage était très abimé ! Les religieuses étonnées (elles n'attendaient rien) ont fini par déchiffrer sur le papier « expédit »... (Sans doute les restes de l'oblitération ?) : le colis contenait la statue d'un soldat romain, pas d'explication – une légende était née ! Elle s'est répandue dans le monde, puis est revenue à La Réunion, un terrain qui lui va particulièrement bien.

Extrait du Catho 47 n°65

Connaître le bulletin diocésain

 

                                                                                             

 
Page suivante : Les Coptes