Assomption
 
 
Le 15 août, les catholiques fêtent l'Assomption de la Vierge Marie, Mère du Christ.
 
 
 
Deux traditions évoquent la fin de la vie terrestre de la vierge Marie :
  • L'une, orientale, parle de « dormition » : Marie s'est endormie pour l'éternité.
  • L'autre, occidentale, parle d'« assomption » : Marie a été élevée dans la gloire de Dieu auprès du Christ ressuscité.

Que savons-nous de Marie après la mort de Jésus ?

Marie était présente à la prière de la première communauté. Dés les débuts, au cœur de l'Église, elle est « celle qui a cru ». Seule à suivre Jésus jusqu'au bout dans la foi, seule à pouvoir recueillir son dernier souffle, l'Esprit qu'il livre en expirant. Elle a vécu, si l'on peut dire, le jour de pâques avant que brille le soleil de la Résurrection.

Traditionnellement, depuis le XXIIème siècle, des processions sont organisées le jour du 15 août en l'honneur de Marie pour affirmer qu'elle est Mère des hommes et que « bienheureuse parce qu'elle a cru » (Luc 1, 45), elle montre le chemin qui conduit au Christ.

Ce que la foi populaire reconnaissait depuis le IIème siècle, le pape Pie XII l'a proclamé solennellement en 1950, comme faisant partie de la foi catholique.

Le dogme de l'Assomption

Le dogme de l'assomption a été proclamé par le pape Pie XII le 1er novembre 1950, fête de tous les saints : « Marie, l'Immaculée, mère de Dieu toujours vierge, à la fin de sa vie terrestre, a été élevée en âme et en corps à la gloire céleste ».

 
Page suivante : La Toussaint