Dimanche de Pâques
 
 
 
 
 

« Le premier jour de la semaine, Marie de Magdala se rend au tombeau. La pierre a été enlevée... Les bandelettes ont été déposées... Le linge est roulé à part »
(Évangile selon saint Jean, 20).

La fête de Pâques a lieu le dimanche qui suit la pleine lune de l'équinoxe de printemps.
Étymologiquement, « Pâques » signifie « passage » : par ce passage de la mort à la Vie, le Christ a sauvé l'Homme du péché et l'a appelé à la vie éternelle. La Résurrection du Christ est l'accomplissement des promesses faites par Dieu à son peuple. C'est pourquoi la fête de Pâques est le sommet du calendrier liturgique chrétien. Ce jour d'allégresse est marqué dans les églises par la couleur blanche ou dorée, symbole de joie et de lumière.

Cet événement est le cœur même de la foi chrétienne.
C'est pourquoi les chrétiens se préparent à la fête de Pâques depuis le début du Carême, et en particulier tout au long de la Semaine Sainte

La Semaine Sainte commence le dimanche des Rameaux (célébration de l'entrée solennelle du Christ à Jérusalem), inclut le jeudi Saint (célébration de l'institution de l'Eucharistie et du Sacerdoce par le Christ) et le vendredi Saint (célébration de la Passion du Christ et de sa mort sur la croix). Elle s'achève avec la veillée pascale, pendant la nuit du samedi Saint au dimanche de Pâques (résurrection du Christ). 

Parmi les célébrations jalonnant cette montée vers Pâques - messe du dimanche des Rameaux, messe chrismale, messe de la Cène du Seigneur, office de la Passion, Vigile pascale et messe de Pâques - l'une d'entre elles tient une place particulière : la Vigile pascale. La Vigile pascale rassemble, par ses rites, tous les éléments du message de Pâques. Les baptêmes d'adultes et de jeunes, qui seront célébrés cette nuit-là, rejaillissent sur toute la communauté et rappellent à chacun les promesses de son baptême.

Le chant du silence

La pierre qui fermait le tombeau
a été enlevée ;
plus rien n'obscurcira notre foi.

Le tombeau est vide ;
une absence pour dire une infinie présence,
le Seigneur est ressuscité.

Le Christ a souffert
pour habiter nos souffrances.

Il est mort
pour nous accompagner
jusque dans nos tombeaux
et nous en libérer.

il est ressuscité
pour que sèchent nos larmes ;
pour que le poids de nos croix de deuil,
de souffrance, de péché,
soit allégé ;
pour que s'ouvrent
les portes de l'Espérance.

Les bouleversants alléluia
nous conduisent aux franges de l'indicible,

là où toute forme d'écriture
le cède à jamais à la musique silencieuse.

Marie-Hélène Renaut
extrait du Bulletin de l'Église de Valence n° 4

 
Page suivante : L'Ascension