Oecuménisme
 
 
 
 
 
Le service diocésain

Comme bien d'autres secteurs de la mission de l'Église, la promotion de l'unité des Chrétiens devrait être le souci de tous et de chacun et concerner toutes nos activités. Ceci dit, dans chaque diocèse il doit y avoir un ou plusieurs délégués à cette fonction. Dans notre région, on compte parmi eux cinq prêtres, une laïque et deux couples. Ces délégués se retrouvent deux fois par an, pour échanger sur l'activité œcuménique de leurs diocèses et pour un temps de formation.

Pour le diocèse d'Agen nous avons aussi deux réunions par an, prêtres, pasteurs et prêtre orthodoxe. Ce dernier vient de Montauban et a en Lot et Garonne quelques fidèles issus de l'immigration russe. Les pasteurs sont ceux de l'Église Protestante Unie de France, plus un Adventiste. Quand il en a la possibilité, le prêtre anglican qui dessert la région nous rejoint.

Tous les ans est proposée la semaine de prière pour l'unité des chrétiens, du 18 au 25 janvier. Diverses paroisses organisent à cette occasion des rencontres interconfessionnelles.


Prêtre responsable de ce service diocésain :
Abbé Jean-Jacques FAUCONNET
05 53 87 01 06
Courriel

 
La semaine de prières pour l’unité des chrétiens est fixée tous les ans du 18 au 25 janvier. Elle regroupe les chrétiens des différentes confessions à travers le monde.
C’est l’occasion pour catholiques, protestants et orthodoxes de partager et d’offrir les uns aux autres, et sans tenter de les masquer le moins du monde, les richesses de sa tradition.

Christ, unique fondement de l'Église (1 Co 3,1-23)

La Semaine de prière pour l'unité des chrétiens, du 18 au 25 janvier, invite tous les membres des Églises à prier pour que cesse la division entre chrétiens.
Depuis janvier 1939, dans sa forme actuelle, cette Semaine est une institution qui, bien qu'ancienne, garde toute sa vitalité, notamment là où de dynamiques groupes oecuméniques sont en place.
Le thème est préparée chaque année par une Commission internationale et interconfessionnelle émanant à la fois du Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens et du Conseil oecuménique des Églises. Pour la première fois, en 2005, le livret officiel de préparation est publié conjointement par ces deux institutions.

Repères historiques 

1894
le Pape Léon XIII encourage la pratique de l'Octave de la prière pour l'unité. 

1935
en France, l'abbé Paul Couturier se fait l'avocat de la « Semaine universelle de prière pour l'unité des chrétiens »

1958
le centre Unité chrétienne de Lyon commence à préparer le thème de la Semaine de prière en collaboration avec la commission Foi et Constitution du Conseil Œcuménique des Églises

1968
pour la première fois, la Prière pour l'unité est célébrée sur la base des textes élaborés en collaboration entre la commission Foi et Constitution et le secrétariat pour l'Unité des chrétiens



La semaine de prière pour l'unité des chrétiens : 10 questions et réponses

1. Quand a été instaurée la Semaine de prière pour l'Unité chrétienne ?
Il y a plusieurs réponses possibles : Le pape Léon XIII avait recommandé, en 1894, qu'une neuvaine (neuf journées de prières) soit célébrée chaque année entre l'Ascension et Pentecôte,  pour  hâter  « l'oeuvre de réconciliation des frères séparés ». (celle ci étant entendue comme le retour dans le giron de l'Église de Rome des frères séparés ce qu'on appelle l'unionisme, par opposition à l'oecuménisme proprement dit : attitude de dialogue entre les Églises chrétiennes).
Quelques années plus tard, en 1908, dans l'orbite anglicane cette fois, une octave (huit jours) de prière pour l'Unité Chrétienne (Church Unity Octave) voit le jour, à l'initiative de l'Anglais Spencer Jones et de l'Américain Lewis Thomas Watson, mais la conversion au catholicisme de ce dernier donne une orientation unioniste au projet.

2. On fait parfois remonter bien avant la Prière pour l'unité chrétienne
Et on a raison ! Sans « remonter » jusqu'aux Actes des apôtres, signalons que, dès 1740, en Écosse, un mouvement pentecôtiste appelle à prier « pour toutes les Églises et avec elles » (la formule est magnifique !) En 1820, le révérend anglican James Haldane Stewart publie les « Conseils pour l'union générale des chrétiens en vue d'une effusion de l'Esprit Saint ». En 1840, un autre prêtre anglican devenu catholique suggère une « Union de Prière pour l'Unité ». Et en 1867, la première assemblée des évêques anglicans à Lambeth (la résidence de l'archevêque de Canterbury) insiste dans ses Résolutions sur la prière pour l'unité chrétienne.

3. L'Abbé Paul Couturier n'est donc pas « l'inventeur », de la Semaine de prière pour l'Unité chrétienne, comme on le croit parfois...
Non,  mais il a  su  lui  donner,   en  la  dégageant  peu  à  peu  de  la perspective  « unioniste », un esprit réellement oecuménique.

4. Les dates de la Semaine de Prière pour l'Unité 18 25 janvier sont significatives
Tout à fait, les dates qui avaient été choisies pour l'octave de prière par Spencer Jones et Lewis Thomas Watson étaient fortement symboliques dans le calendrier liturgique romain : de la fête de la Chaire de saint Pierre à Rome, le 18 janvier, à celle de la Conversion de saint Paul, le 25. Cela lui donnait un aspect de prosélytisme et d'unionisme qu'on a heureusement oublié aujourd'hui. Plus personne ne remarque non plus que la « Semaine de l'Unité » dure huit jours en souvenir de l'octave d'origine.

5. Revenons à l'Abbé Paul Couturier
Ce modeste prêtre lyonnais était professeur de mathématiques dans un collège catholique. Dans les années 1920, il avait été amené à s'occuper des émigrés russes réfugiés à Lyon à la suite de la révolution bolchevique. Pour mieux comprendre ces ouailles, en majorité orthodoxes, il va faire pendant l'été l912 une retraite spirituelle au prieuré bénédictin d'Arnay sur Meuse. (Le prieuré devait devenir par la suite le Monastère de Chevetogne qui, sous la conduite de Dom Lambert Beauduin, a eu et a toujours un rôle déterminant dans le dialogue entre l'Église catholique et l'Église orthodoxe). Pendant son séjour, l'Abbé Couturier lit et relit le testament spirituel du Cardinal Mercier (qui avait oeuvré au rapprochement entre les catholiques et les anglicans). Dès son retour à Lyon, il prépare à un « triduum » (trois jours) de prière pour l'unité chrétienne qui est célébré du 20 au 22 janvier 1933, en présence de l'archevêque de Lyon, le Cardinal Maurin : c'est l'ancêtre direct de notre Semaine de l'Unité.

6. Une prière œcuménique déjà, en 1933 ?
Pas tout à fait. Dans un premier temps, cette prière « pour le retour des chrétiens séparés à l'Unité de l'Église » (on remarque la formulation encore unioniste !) ne réunit que des catholiques. Et les réunions de prière et d'infon nation apportent des informations sur le protestantisme, l'orthodoxie, l'anglicanisme, mais aussi : le judaïsme, le paganisme. Mal, dégagé de l'unionisme, l'oecuménisme (en principe dialogue entre les chrétiens) ne se distingue pas clairement à l'époque de ce qu'on appelle aujourd'hui le dialogue interreligieux.

7. Les choses évoluent malgré tout assez vite...
Oui. Dès 1935, le public qui remplit la cathédrale Saint Jean pour la cérémonie de clôture de la semaine de l'Unité comporte de nombreux fidèles orthodoxes accompagnés de leurs prêtres. L'Abbé Couturier a pris contact pour cela avec le Métropolite Euloge, archevêque des Églises orthodoxes russes en Europe. Le dialogue entre les deux hommes a été très amical. Euloge est très impressionné de la vénération que ce prêtre catholique manifeste à l'égard des saints de l'Église orthodoxe. Et il lance à ce propos  une formule qui  sera souvent  citée par la suite : « Il y a, écrit le métropolite des catholiques qui vénèrent nos saints de la même manière que les saints de leur Église. Ils ont raison. Car des hommes comme saint Séraphim, saint François d'Assise et bien d'autres ont accompli dans leur vie l'union des Églises. Ne sont ils pas les citoyens de la même Église, sainte et universelle ? Sur les hauteurs de leurs vies spirituelles, n'ont ils pas dépassé les murs qui nous séparent mais qui, selon la belle parole du métropolite Platon de Kiev, ne montent pas jusqu'au ciel ».

8. Mais l'œcuménisme à ses débuts n'est pas une spécialité lyonnaise ...
Tout à fait ! Ne soyons pas chauvins ! Dès 1936, la prière pour l'Unité est également célébrée avec faste à la basilique du Sacré Coeur de Paris, la prédication étant assurée par le Père Yves Congar, dominicain. C'est l'année suivante, en 1937, que le théologien publie son livre Chrétiens désunis qui a eu une grande influence sur la recherche oecuménique.

9. Actuellement, comment est préparée la Semaine de Prière pour l'Unité ?
Une commission oecuménique est désignée par le Conseil pontifical pour la Promotion de l'Unité chrétienne et par le Conseil (Ecuménique des Églises (qui réunit la plupart des Églises protestantes et orthodoxes). Elle émane chaque année d'un pays différent : Slovaquie pour la semaine 2005, Irlande pour celle de 2006, et l'Afrique pour 2007. La commission choisit le thème de la semaine (en général un verset biblique, ou, comme cette année, un résumé de plusieurs versets), et propose pour chaque jour de la semaine des méditations bibliques, des prières d'intercession...

10. On pourrait craindre que cette semaine de prière pour l'unité ne soit qu'une parenthèse et que le souci de l'unité entre les chrétiens soit oublié le reste de l'année ...
C'est bien cette préoccupation qui anime les groupes oecuméniques répartis un peu partout en France, ou les associations comme la nôtre qui, à travers ses publications, les colloques, conférences, cours universitaires, réunions de prière qu'elle anime s'efforce d'entretenir la flamme tout au long de l'année.

(Extraits du dossier du Centre Oecuménique « Unité chrétienne » de Lyon)
Délégué diocésain : M. l'abbé Jean-Jacques FAUCONNET 

05 53 87 01 06
 
Responsable du service national pour l'Unité des Chrétiens :
Père Michel MALLÈVRE 
Service national pour l'Unité des Chrétiens
80, rue de l'Abbé Carton - 75014 Paris
Tél : 01 42 88 04 39
 
Le parcours alpha "classic" est un outil œcuménique qui a fait ses preuves, au service de notre désir chrétien d’évangélisation. Il constitue une réponse adaptée à l’attente correspondante de nos contemporains, pour tous ceux qui veulent (re) découvrir le Christ.
(Suite...)
 
Des moments de partages pour construire l’unité.
(Suite...)
 
Au Foyer de Charité de Notre Dame de Lacépède le mardi 5 avril 2016
de 9 h 30 à 12 h avec possibilité de prendre ensemble le repas.
Nous pourrons y parler de la miséricorde en famille.
(Suite...)
 
Dan débute une tournée internationale par ce concert "Majestueux" dans le Lot-et-Garonne.
(Suite...)
 
STAND’UP VOUS PRÉSENTE LA 5EME ÉDITION DE SON FESTIVAL D’ART & MUSIQUE, UN ÉVÈNEMENT FÉDÉRATEUR AUTOUR DE LA FOI !
(Suite...)
 
Ce sont les Églises de Lettonie qui ont préparé le thème de la Semaine de prière pour l'unité chrétienne 2016 à partir de la première lettre de Pierre : "Appelés à proclamer les hauts faits de Dieu" (cf. 1 P 2,9-10).
(Suite...)
 
L'association Stand'Up propose un festival d'art et de musique les vendredi 2 et samedi 3 mai à l'Espace culturel François Mitterand à Boé.
(Suite...)
 
Pour 2014, ce sont les Canadiens qui ont préparé le thème de la Semaine de prière pour l’unité chrétienne. Ils nous proposent la question provocatrice de Paul dans la première lettre aux Corinthiens : « Le Christ est-il divisé ? »
(Suite...)
 
De quelle Église sommes-nous ? C'est clair : celle de Jésus-Christ !
Il reste à le montrer, et à le vivre !
(Suite...)
 
Thème : Que nous demande le Seigneur ? Dans la justice et la bonté, Marcher avec Lui (cf. Mi 6,6-8).
(Suite...)
 
Après de longs échanges, auxquels ont pris part les représentants de divers groupes œcuméniques de Pologne, il a été décidé de se concentrer sur un thème qui touche à la puissance transformatrice de la foi au Christ, thème très en rapport avec notre prière pour l’unité visible de l’Église, Corps du Christ.
(Suite...)
 
Il y a deux mille ans, les premiers disciples du Christ rassemblés à Jérusalem ont fait l’expérience de l’effusion du Saint-Esprit à la Pentecôte et étaient rassemblés dans l’unité qui constitue le corps du Christ.
(Suite...)